Randonnées au long cours

Carnets de courses

RAID A SKI ENTRE TENIBRE ET VISO

 

Quelques notes sommaires - Mars 2004

 

• Nous avons utilisé les cartes Alpes sans frontières (1/25000) : Haute Tinée Alta Val Stura 6, Chambeyron Val Maira 7 et Haut Queyras Monviso 8. Elles sont quelques fois imprécises, voir fausses sur le relief italien. On y a même trouvé un torrent qui descend un vallon pour remonter en face !

• Ce raid est sauvage, mais peu engagé. Il est possible de s'échapper chaque jour, par un fond de vallée, si les conditions sont mauvaises. Il existe un service de transports (pour randonneurs et matériels) permettant de se déplacer par les vallées : le Sherpabus, à Acceglio , téléphone 0171 99024. De toute la semaine, nous n'avons rencontré personne sur l'itinéraire.

Samedi 6 mars

14h – Pontebernardo, Italie, à quelques kilomètres du col de Larche (Colle della Maddalena).

Les mauvaises prévisions météo pour les jours à venir nous ont amenés à modifier notre itinéraire. Nous devions partir de Besmarello pour rejoindre le refuge Migliorero. Le lendemain, une belle étape, assez difficile, nous attendait : Pas d’Ischiator, lac du Cimon, Pas de Rabuons, traversée du Ténibre (3031m), refuge Talarico. Nous allons donc court-circuiter cette étape trop délicate par mauvaises conditions, et aller directement au refuge Talarico.

Le brouillard et la visibilité réduite ne nous empêchent pas de voir 8 chamois et un renard.

15h30 – Refuge Talarico 1707m (infos). Non gardé, 15 places, poêle, bois, vaisselle, gaz, éclairage solaire. L’eau coule en permanence à une fontaine, à coté du refuge.

Craignant que le brouillard soit très dense pour demain, nous préparons soigneusement l'itinéraire, en notant les azimuts.

Dimanche 7 mars

6h – Réveil. Il neige à petits flocons

7h30 – Départ pour une étape de repli, en aller retour. Le Val Stura est très enneigé, 1.50m de neige à 1700m. Malheureusement, la qualité n’y est pas : quelques centimètres de poudreuse sur une croûte qui casse sous le ski. Dessous, grosse épaisseur de neige tombée il y a 2 semaines, qui cède sous le bâton. Le bulletin nivo-météo n’est pas très inquiétant (risque 2, 3 en pentes nord), mais nous prenons le temps de faire une coupe stratigraphique à la pelle, avant le première pente soutenue. Nous ne voyons rien de suspect : pas de couche dure qui pourrait servir de plan de glissement, pas de cristaux à faces planes, seulement cette neige à grains fins, de couleur beige car tombée par vent de sud (venant du désert sans doute), dont la cohésion augmente avec la profondeur.
Gias del Vallonetto

Vallone Superior di Pontebernardo. Brève éclairicie. Nous n’avons pas vu le refuge Lausa (2404m) à l’endroit indiqué sur la carte.
Pas de la Lauze (2880m). Le bivouac Vigna n’est pas 200m sous le col, comme indiqué sur la carte, mais au col.

14h30 - Retour au refuge Talarico

Lundi 8 mars

6h – Réveil. Le ciel s’est bien dégagé et il fait froid
7h25 – Départ

Vallone di Panieris. Un aigle royal solitaire
11h10 - Colle Panieris (2675m)
11h30 - Cimes Blanches (2762m)
Descente en versant nord. Le ciel se couvre peu à peu.
Laghetto della Emma, Imposta di Caccia, Prati di Lorenzo, rive droite du Rio Forneris (le torrent est totalement recouvert de neige dans la forêt), rive gauche du Rio di Ferriere

15h10 - Villagio Primavera (1484m). Hôtel Roburent (Tel. 0171 96 719)

Mardi 9 mars

5h30 – Réveil. Ciel très clair.
6h40 – Départ. Descente sur la route jusqu'au départ du GR, point 1446m (GTA)

Montée par le sentier de la GTA encore enneigé, mais un peu raide et épineux par endroits.
Ruines de Servagno (1738m), puis poursuite sur la GTA
Gias dell Oserot (2305m). Le vent est particulièrement froid
Lago Oserot. Nous quittons la GTA qui bifurque sur le Passo Rocca Brancia

11h25 - Colle Oserot (2640m). Le col Vittorio, que nous devrons remonter tout à l’heure, vu de face paraît bien raide.
Descente en versant nord dans une super poudreuse, jusque vers 2400m
12h40 - Colletta Vittorio (2522m) atteint sans difficulté
Descente en versant nord ouest, à nouveau dans une bonne poudreuse.
Un peu avant Ric.O Escalon, Julien fait partir 2 petites plaques à vent, sans conséquence.
Viviere (1709m)

15h25 – Refuge Unerzio 1639m (infos). Non gardé, 14 places, poêle et bois, gaz, vaisselle. La cuisine est au sous sol, le dortoir est dans une pièce séparée au rez de chaussée.
Le torrent Unerzio coulant à proximité permet de se ravitailler en eau.

Nous passons une partie de la nuit étoilée à attendre le matin, à cause de froid (seulement 1 degré et il n’y a que 2 couvertures par personne).

Mercredi 10 mars

5h30 – Réveil
7h – Départ, après réparation de la serrure de la porte de la cuisine. Le ciel se couvre rapidement, et le brouillard s’installe.
Nous remontons une petite partie du chemin descendu hier, jusqu’au point 1840m, ensuite direction du Valle Enchiausa.

9h - Le ciel se dégage et laisse apparaître un grand soleil, accompagné d’un vent glacial.

11h – Auto Vallonasso (2885m), en aller retour depuis la base rocheuse du Bric Mouliniere, à 2450m environ

12h35 – Colle d’Enchiausa (2750m). Le ciel se charge peu à peu de nuages venant du sud ouest.
Descente sur le Valle d’Aspoi, Lago d’Aspoi (2295m), remontée d’une vingtaine de mètres sans peaux vers le bivouac Bonelli, Lago Visaisa (1900m)

15h50 – Sarretto (1550m), sous un ciel très bas
Le refuge Campobase étant fermé pour cause de travaux, nous allons à Acceglio, à l’hôtel Londra. Nous appelons le patron de l’hôtel, qui vient nous chercher en voiture.
Comparé aux refuges d’hiver auxquels nous sommes habitués, c’est le grand luxe. Il fait trop chaud !

Jeudi 11 mars

5h30 – Réveil. Ciel très couvert
Nous rejoignons Campobase dans une voiture de l’hôtel
7h20 – Départ sur la piste de ski de fond qui monte régulièrement.

Le ciel se dégage très rapidement, et c’est le grand beau temps, froid.
Valle di Maurin, Pte della Fie, Gr Ciarveiera, Valle Autaret

12h20 - Mont Bellino (2937m). Du sommet, vue panoramique. Au nord, le Viso commence à s’envelopper de nuages. Le vent est glacial.

Colle di Bellino. Nous basculons dans la descente versant nord, par un magnifique vallon, dans une poudreuse de rêve.

Canyon, en rive droite ou au fond (avec quelques hésitations)
Gr. Cruset, Gr. Prato-Rui, S.Anna

15h20 - Refuge Melezé 1812m (infos). Gardé (Tel. 0175 95338). Douche

Vendredi 12 mars

5h15 - Réveil
6h20 – Départ par la piste de fond empruntée hier à la descente, jusqu’à la bifurcation de F.te di Bucalin. Ce matin, le froid est moins vif. Il fait beau mais la présence de nuages rougeoyants à l’est laisse présager le mauvais temps.
Varaita di Rui
Le ciel s’obscurcit par le sud ouest, et de petits flocons de neige apparaissent.

10h - Piano Gaveot, atteint par une pente raide en neige dure
Le brouillard devient très dense, et au bout d’un moment, nous perdons le vallon qui mène au Passot Salsat. L’ambiance devient pesante et, finalement c’est un petit exercice de « tangente à la courbe » qui nous permet de revenir sur le bon passage.

12h15 - Passot Salsa (3175m). Les bourrasques de vent redoublent de violence, mais la visibilité s’améliore un peu. Il nous faut rapidement perdre de l’altitude et gagner le col Longet. L’itinéraire est vraiment délicat à trouver, mais Michel est un expert en orientation, et ses réelles qualités de montagnard nous permettent d’y parvenir sans trop d’hésitations.

13h40 - Col Longet (2660m). Un petit panneau salvateur dépassant à peine de l’épaisse couche de neige, trace d’humanité et seul point de repère incontestable dans la tourmente, nous relie à notre monde.

Mais les difficultés ne sont pas terminées. La pente, dans le brouillard, se dérobe vers d'épaisses incertitudes.

Une succession de pentes et de couloirs nous emmènent à la Capana del Pastore. A partir de maintenant, la descente en forêt sera simple.

Précisions sur l'itinéraire :
Du col Longet, suivre l'itinéraire du chemin d'été jusqu'au pied de la butte 2673 m. On se trouve au dessus de pentes raides peu engageantes (dans les conditions décrites) qu'il faut traverser en descente vers le nord, pour rejoindre le vallon Biancetta. On doit être sur le chemin d'été, là où il file plein nord. Nous y sommes passés un par un, entre 2 barres, un peu exposé mais pas long.
Descendre ensuite ce vallon jusqu'au Lac Bleu.
Ne pas poursuivre le chemin d'été qui remonte, mais prendre (nord) le déversoir du lac, facile à trouver dans le brouillard, étroit mais bien skiable, jusqu'au moment où ce vallon tourne vers l'est. Le quitter alors et rejoindre en rive gauche (nord) un collet bien marqué. Descendre ce collet, en contournant (nord puis est puis sud) le promontoire qui est à droite. On aperçoit alors la Grange dell'Antolina, sur la rive droite du vallon du déversoir, quitté plus haut. Traverser ce vallon, à l'altitude de la grange, et rejoindre celle-ci par une courte traversée non exposée en rive droite.
Le danger dans la descente du collet, serait de rester en rive gauche sans rejoindre le fond du vallon, et de se retrouver ainsi au-dessus d'une profonde gorge que domine la grange, d'ailleurs très bien placée comme point de repère.
De cette grange, l'itinéraire devient bien plus évident. Suivre en gros l'itinéraire d'été jusqu'à 2100m, puis passer en rive gauche vers les granges de Pian Vasserot. Descendre en rive gauche ce vallon de St Véran, jusqu'à croiser le chemin qui monte (nord) au col de St Véran. Le descendre jusqu'au pont 1885.

16h10 - Chianale (1784m). Gîte d’étape Laghi Blu (Tel. 0175 950189)

 

Samedi 13 mars

7h – Réveil. Il neige toujours. Les prévisions météo sont mauvaises pour les 2 jours à venir. Nous les espérons toutefois inexactes, comme cela arrive quelques fois …

L’étape d’aujourd’hui doit nous conduire au refuge Vallante par le Passo della Losetta, afin de faire les Cadieghe di Viso demain matin avant de descendre sur Castello.

Nous remontons le Vallone di Soustra, sous un ciel très bas, puis dans le brouillard.

11h45 – 2500m. La visibilité de plus en plus réduite, l’épaisseur de neige fraîche et le souvenir de la journée d’hier nous amènent à décider l’abandon de notre projet pour les Cadieghe di Viso.
Descente sur Chianale, par l’itinéraire de montée. La gardienne du gîte nous emmène à Castello, où nous avions laissé une voiture.

 

Epilogue ...

Nous avons dû renoncer à 2 étapes, la première et la dernière. Ce qui nous aura valu de ne pas côtoyer les 2 sommets principaux du périple : le Ténibre et le Viso.
Mais, les vallons immaculés et le caractère sauvage de ce raid peu connu, laisseront un goût de bonheur sur les pentes enneigées de nos souvenirs !

Haut de page